The Story Behind

Famous ? Curtain up !

Leila Alaoui

Ceci est un hommage, rendu à la fille ainsi qu’à la mère. Ceci est un nœud dans ma gorge, des mots que j’écris avec une grande peine, des photos que je retouche en ayant mal au cœur. Ceci est la plus belle chose que j’ai jamais faite …


Je veux écrire, raconter la peine d’une mère, d’une famille, d’un entourage proche. Je veux célébrer cet ange, partit en martyr très top. Oui, je la célébrerai et je ne la pleurerai plus. Ce ne sont pas des mots pour faire un, soi-disant, bon texte. C’est une vérité qui m’a écœuré en janvier 2016, qui m’a marqué et me marquera à jamais. Ceci est un refresh d’un petit paragraphe écrit dans mon agenda, la nuit même de sa mort. Ceci est la vérité du monde dans lequel nous vivons. Ceci est l’histoire de ليلى و الذئب (le petit chaperon rouge) qu’on nous racontait tout petit, sauf que cette fois, ma Leila, notre Leila est militante et leur loup est terroriste… Ceci est un hasard poignardant.

Je ne raconterais pas l’histoire de Leila Alaoui. On la connait tous. Je raconterai plutôt comment ma rencontre avec Mme Christine Alaoui m’a touché, bouleversé à nouveau et à créer en moi le besoin de suivre les traces de sa fille. J’ai contacté Mme Alaoui après une grande hésitation. Comment dois-je parler à une dame qui sera à jamais en deuil ? Si moi, qui ne connait de Leila que le travail et le visage angélique, j’ai du mal à admettre qu’elle soit morte de telle manière, que ressentirait sa mère en recevant un message d’une personne qui ne connait pas, qui n’est ni journaliste ni photographe de renom, et qui lui demande de lui consacrer de son temps et de la rencontrer ? je m’attendais à un refus ou à ce qu’elle ignore ma demande. Mais Mme Alaoui avait la gentillesse d’accepter ma suggestion en m’envoyant un message accueillant et m’a aussi donné son numéro privé. Cela m’a encouragé mais a rendu la tâche plus difficile pour moi. Je me sentis dans l’obligation de bien choisir mes mots, de contrôler mes émotions. En faisant mes petites recherches avant d’aller à la rencontre de Mme Alaoui, j’ai été émue aux larmes et cela me stressait de plus en plus. J’ai rédigé quelques questions pour que je ne perde pas le fil (des questions qui sont restées sur un carnet que je n’ai pas sorti le jour où j’ai rencontré Mme Alaoui)


Je pris le CTM le 2 avril pour Marrakech et rencontra Mme Alaoui le lendemain à 10h. je ne l’ai pas vu en entrant au grand café de la poste. Je me suis installé et je l’ai appelé et la voilà qu’elle approche en tenant son téléphone à la main. Je n’ai pas pu m’empêché de la serrer dans mes bras. Elle m’a offert deux ouvrages de Leila. On a passé plus qu’une heure de partage. Je voyais Leila en elle. Elle lui ressemblait tellement. Elle était très chaleureuse et m’a quasiment tout raconté. Je lui ai demandé où se trouvait le cimetière dans lequel Leila est enterré. Elle me l’a décrit et m’a proposé de m’y emmener. Le cimetière ressemblait beaucoup à l’esprit de Leila. D’ailleurs Mr Abdelaziz Alaoui, père de Leila, le mentionne dans son livre « Off to Ouaga : Journal d’un deuil impossible » : « je le choisis pour offrir à Leila un dernier endroit où elle reposerait en paix, tout en restant fidèle à son esprit d’esthète, à son cheminement combatif et inconditionnel, joint à son caractère toujours militant ».
Le cimetière se trouve entre le palais royal et la kasbah de Marrakech. Cela me semblait artistique. Le hasard qui l’a tué lui a rendu lui-même hommage en la mettant à jamais dans un endroit qui lui ressemble.
Je n’aime pas les cimetières. Ça fait 10 ans que je n’y ai pas mis les pieds. Mais la tombe de Leila était tellement sereine que je ne voulais pas quitter les lieux. Si la voiture de Mme Alaoui n’était pas en deuxième position, j’aurais dû passer une heure assise à ses côtés. Je lui ai fait une promesse de la visiter chaque fois à Marrakech. J’ai embrassé la tombe, relu Al Fatiha et rejoint Mme Alaoui.


Ceci est une brève description de ce qui s’est passé, mais ce que j’ai ressenti et ce que je ressens toujours est plus intense. Ceci ne changera en rien le sort de Leila mais j’ai le sentiment que ça changera le cours de ma vie. Je ne sais pas comment ça se passe dans l’au-delà, si nos morts nous voient, nous entendent, partagent notre chagrin. Je ne sais pas si nos tentatives d’hommage les rendent heureux ou si ce n’est qu’une manière pour nous, les restants sur terre, de raisonner l’irraisonnable. Mais peu importe, Leila, je ferais les mains et les pieds pour te rendre un vrai hommage à ma manière. Ceci n’est que début. Je te promets, moi qui ne fais de promesse à personne, que j’investirai toute mon énergie ainsi que ma vie pour que tu sois célébrée et non pas pleurée.
Jusqu’à ce moment-ci, je te dis repose en paix …

© 2020 The Story Behind

Theme by Anders Norén