The Story Behind

Famous ? Curtain up !

Youssef Tazi

Je l’ai découvert sur les photos de Oumaima Dermoumi, photographe marocaine habitant en France. Un visage très calme, doux et beau. Il s’appelle Youssef Tazi. Qu’il soit devant l’objectif ou derrière, le résultat est toujours magique. Je n’exagérais pas si je dis que je n’ai jamais vu de travail d’artiste marocain aussi doux et plein d’amour que le sien. Quand j’avais découvert son profil sur Instagram, il était à Beyrouth pour un programme d’échange. Ses photos et vidéos me faisaient rêver.


Depuis toujours, j’ai un grand amour en moi pour ce pays que ne connais qu’à travers les films et la musique. Je rêvais d’aller chercher où vivait Fairouz, d’assister au tournage de l’un des films de Nadine Labaki, de toucher le Luth de Marcel Khalifa … ce pays, qui dans mon imagination, sentait jasmin et méditerranée, chatouillait mon âme. Le Beyrouth à Youssef venait compléter l’image que j’ai sur ce petit bout du monde.
Le 6 juin, il commença sur Instagram un projet à travers lequel il veut raconter les histoires d’amour du Maghreb et du Moyen-Orient. Il le nomme Menamours. Dès sa première vidéo, j’avais l’intime conviction que le résultat sera exceptionnel. Les lettres qu’avait laissé son grand père après sa mort l’avaient inspiré. Il les porte avec lui dans un classeur, là où il va.


Menamours ne concerne pas que Youssef. C’est notre réalité à nous tous qui ont vécu dans une région où l’amour est, par principe, banni et intoléré. Si ce n’est pas le cas chez soi, ça sera à l’école, avec ses amis, dans une relation amoureuse, avec soi même … l’amour dans ce coin du monde est lié à la faiblesse, à la vulnérabilité, deux qualités tellement naturelles qu’on les fuit, qu’on ne les accepte pas. Personne n’est à blâmer, ni celui qui dévoile son amour, ni celui qui le garde pour lui-même. A chacun ses propres raisons. Mais nous ne pouvons guère nier que la vie est plus légère quand tout est clair, tout est sur la table. La vie sera surement plus légère si tous nos regards errent comme ils le veulent, si les mots d’amour ne soient pas chuchotés que quand il fait noir. Les cœurs seront surement plus légers si ils aiment, si ils savent qu’ils sont aimés … Pour cette légèreté de l’être et de l’existence , aimons-nous les uns les autres
Youssef Tazi AKA Menamours ladies and gentelmen !

© 2020 The Story Behind

Theme by Anders Norén